Lettre accompagnée de nos photos et adressée à:

Le Soleil, L'Épicerie, The Gazette, CJAD, Transcontinental.ca

14 juillet 2007

Bonjour,

Sujet: Foie gras et cruauté animale



Vous avez tout probablement entendu cette nouvelle au sujet de ces cas de cruauté commis chez Élevages Périgord. Ce genre de cas n'est nullement exceptionnel. Il suffit de se remémorer ce qui s'est déjà produit chez Olymel ainsi que ces cas de cruauté dans les encans du Québec (à St-Hyacinthe, à Danville, etc.) actes filmés et dénoncés par l’association Animals Angels. Il se produit également souvent dans les abattoirs du Québec des actes qui contreviennent au bien-être des animaux. Certains de ces actes ne sont évidemment relevés que lors du passage d'inspecteurs. Le document filmé chez Élevages Périgord montrait entre autres violations, des canards conscients en train de se faire saigner. Soulignons qu'il est illégal dans ces conditions de tuer une bête sans étourdissement préalable.

   
Mais, hormis de tels cas, le gavage demeure en soi une pratique cruelle. La production de foie gras exige l'alimentation forcée d'oies et de canards gavés au moyen d'un long tube de métal enfoncé dans la gorge. Suite au choc du gavage, les oiseaux souffrent de halètements, de diarrhées, d'inflammations et de lésions au cou. Des oiseaux meurent la gorge déchirée lors de l'introduction du tube. D'autres meurent de ruptures internes des organes, d’épuisement, d'autres, d'asphyxie lorsque la nourriture se compacte dans leur gorge ou leur système digestif. Un nombre considérable de canards meurent des suites du gavage et ces pratiques d'élevage ne font que démontrer le peu de souci accordé au bien-être des animaux de ferme qui sont parmi les plus maltraités - en dépit du fait qu'un producteur de foie gras précisait cette semaine que les producteurs «dorlotent» leurs canards ou leurs oies.  Nous dénonçons depuis longtemps les pratiques cruelles infligées aux oies et aux canards utilisés dans la production du foie gras et ce qui est ressorti ces derniers jours confirme d'autant plus qu'il s'exerce dans l'industrie de l'élevage des actes contraires au bien-être des animaux.  


Ci-joint quelques photos du 8, du 10 et du 12 juillet 2007, prises à l’extérieur d’une ferme d’élevage de canards au Québec, en Montérégie, et sur lesquelles on voit des cadavres de canards mulards (de gavage) jetés dans un conteneur à déchets et dans une brouette, et pourrissant au soleil, en présence de milliers de mouches et d'asticots. Une odeur pestillentielle se dégage de ces cadavres en décomposition et macérant dans cette putréfaction dont on remarque, sur la photo du 12 juillet, le liquide s'épandre au sol. Un petit cours d’eau se trouve à proximité de ces lieux et il est certain qu'à la longue, la nappe phréatique doit être atteinte par cette source de pollution. La brouette et le conteneur étaient déjà pas mal remplis le 8, et, davantage le 10, où des canards gisaient alors près du conteneur et sous la brouette qui débordaient. Le conteneur mesure environ 6 pieds de haut par 10 pieds de long et peut sans doute contenir plusieurs centaines de cadavres.

La production de foie gras représente non seulement une torture pour les animaux, mais aussi un gaspillage énorme de céréales (qui soit dit en passant pourraient nourrir des milliers d'enfants affamés) ainsi qu'une source considérable de pollution.

Mentionnons pour terminer, alors que l’on parle justement ces jours-ci de la prolifération des algues bleues, que l’élevage en est une cause majeure.  D’ailleurs, un rapport de la Régie des eaux du Québec rapportait déjà que la principale source de pollution de la Rivière Yamaska provenait des élevages de canards.


Aequo Animo


Letter with our own photos addressed to:  Le Soleil, L'Épicerie, The Gazette, CJAD, Transcontinental.ca

14 Jul 2007

Hello,

Subjet: « Foie Gras » and Cruelty to Animals

You have probably heard the story about the cruelty committed at Élevages Périgord. This kind of cruelty is by no means an exception. We only have to remember what already occurred at Olymel, as well as the cruelty committed in Quebec auctions, (at St-Hyacinthe, Danville, etc.) acts filmed and denounced by Animals Angels.  Also, in Quebec slaughterhouses there are often acts which violate the well being of animals.  Some of these acts are evidently only noticed during the visits of inspectors.  The documentary filmed at Élevages Périgord was showing, amongst other violations, ducks fully conscious being bled. It must be emphazised that it is illegal, under these conditions to kill an animal without prior stunning.

However, besides such cases, force-feeding remains a cruel practice. Production of foie gras requires that geese and ducks be force-fed enormous amounts of food several times a day with a metal pipe thrust down their throat. As a result geese and ducks raised for foie gras have difficulty standing, walking, breathing, they suffer from diarrhea, some of them die when the metal feeding tube rips open their throat. Others die of ruptured internal organs or asphyxiation when food becomes impacted in their throat and digestive system. Even though a producer was saying this week that they «pamper» their ducks and geese, little concern is being given to the well-being of farm animals which are amongst the most mistreated. For a long time we have been denouncing these cruel practices involving ducks and geese used for the making of foie gras and the acts of cruelty at the Élevages Périgord which came to light these last few days confirms it all the more.

Attached are some photos taken behind a Quebec duck farm, in Montérégie, on the 8, 10 and 12 July 2007, which show corpses of Mulards ducks (these are ducks used for foie gras) thrown into a wheelbarrow and a container and left to rot in the sun in the presence of thousands of flies and maggots. The container and the wheelbarrow were already full on 8 July, and more had been added by 10 July where now they were overflowing to the point that there were dead birds rotting on the ground under the wheelbarrow and around the container. A pestilent odor was emanating from these decomposing and macerating cadavers, whose body liquids, as seen on a picture taken July 12, are covering the ground. A small ditch is situated near this farm and after a while the phreatic zone must certainly be affected by this pollution.  The container measures approximatively 6 feet high by 10 feet long and might certainly contain a few hundreds of duck cadavers.  

The production of foie gras represents not only a torture for the animals but also an enormous waste of cereals (which, by the way, could nourrish many thousands of hungry children) as well as a considerable source of pollution.  

In closing, let us mention that while lately everyone is speaking about the proliferation of Blue green algae (cyanobacteria), animal breeding is a major cause of this pollution. The Régie des eaux du Québec has already stated in a report, that the principal source of pollution of the Yamaska River came from duck breeding.

Aequo Animo